Le Groupe RHEA collabore depuis 2019 avec l’Organisation néerlandaise du matériel de défense (Dutch Defence Materiel Organisation, ou DMO), qui fait partie du ministère néerlandais de la Défense, dans le but d’appliquer la méthodologie d’ingénierie simultanée à des projets majeurs, parmi lesquels le cahier des charges des nouveaux navires militaires. S’inspirant de l’Agence spatiale européenne (ESA), la DMO planifie maintenant de recourir à la conception simultanée de façon plus généralisée et lance ses propres installations d’ingénierie simultanée.

Calendrier

Projet pilote : juin 2019
Durée prévue : trois ans d’ici la progression vers une utilisation autonome

Phase d’évaluation

Après avoir visité l’ESA ainsi qu’un constructeur néerlandais de yachts de luxe, l’Organisation du matériel de défense a réalisé un projet pilote en 2019 afin d’étudier les caractéristiques techniques de bateaux pneumatiques à coque rigide et à cabine fixe pour la police militaire néerlandaise. Ce projet a appliqué les procédures normalisées de RHEA concernant les études d’ingénierie simultanée, en organisant à la même heure et le même jour de chaque semaine des séances périodiques auxquelles participaient tous les experts en la matière et les intervenants.

Le projet de bateaux pneumatiques à coque rigide a permis de démontrer que cette méthodologie fonctionnerait pour le ministère de la Défense en produisant un programme exhaustif des besoins deux fois plus rapidement que le temps habituellement estimé pour une telle tâche.

Programme de remplacement des frégates de type M

Dutch MoD - Artist's impression of ASW Frigate
Vue d’artiste de la frégate anti-sous-marine (ASM). Droits d’auteur : ministère de la Défense néerlandais

L’Organisation du matériel de défense a choisi de recourir à l’ingénierie simultanée pour un programme d’envergure beaucoup plus complexe, soit le cahier des charges des frégates anti-sous-marines (ASM), lesquelles remplaceront les frégates de type M de la Marine néerlandaise. Ce programme binational est mené en partenariat avec le ministère de la Défense de Belgique.

Plusieurs études ont été recensées dans le cadre du programme, à commencer par une étude à relativement petite échelle portant sur le soutien logistique intégré nécessaire pour que l’équipe du projet se familiarise avec la méthode.

Cette première étude, ainsi que d’autres s’inscrivant dans le programme de frégates ASM, démontre l’ampleur du soutien que peut offrir l’ingénierie simultanée pour des projets complexes au-delà de la conception matérielle, comme la cybersécurité, l’armement et l’automatisation ainsi que l’examen du programme des besoins.

Incidence

À la fin de 2020, l’ingénierie simultanée s’était avérée si fructueuse que l’équipe de RHEA a dû passer de trois à neuf personnes pour contribuer au nombre croissant de projets, à la demande de la DMO. L’Organisation du matériel de défense a maintenant instauré un processus de « balayage rapide » au début de tout projet potentiel afin de déterminer si celui-ci pourrait profiter de l’ingénierie simultanée.

Parmi les avantages déjà relevés par la DMO, notons l’obtention de résultats plus rapidement, la réduction des coûts et l’amélioration de la qualité des résultats, en plus du renforcement de l’esprit d’équipe et de la contribution à la gestion de la capacité.

Rajko Brokken Dutch DMO MoD small« Je suis de nature optimiste, mais le programme d’ingénierie simultanée a été si avantageux qu’il a entraîné des demandes de soutien du ministère de la Défense à un rythme que même moi n’avais pas prévu. Nous avons donc dû augmenter considérablement l’aide que nous recevons de RHEA. Nous sommes devenus plus efficaces et nous constatons les résultats beaucoup plus facilement. Cette méthode a aussi été inestimable pour l’esprit d’équipe. »
Rajko Brokken, gestionnaire des changements, Organisation néerlandaise du matériel de défense.

Pour l’avenir : des séances autonomes et des installations consacrées à l’ingénierie simultanée

Toutes les séances d’ingénierie simultanée organisées à ce jour par l’Organisation du matériel de défense ont été animées par l’équipe des SEMT de RHEA. La DMO a l’intention de devenir autonome et, pour ce faire, elle recevra de la part des experts de RHEA, au cours des deux prochaines années, une formation et de l’encadrement quant à la façon de planifier et de faciliter les études.

L’Organisation du matériel de défense est également tournée vers l’avenir avec le lancement de ses propres installations consacrées à l’ingénierie simultanée, semblables à celles utilisées par l’ESA, afin de maximiser sa flexibilité dans l’établissement du calendrier des séances d’étude.

Image principale : Droits d’auteur – ministère de la Défense néerlandais