Posted 20 février 2018 in Blog, Sécurité.

La régie de transports canadienne Metrolinx a été la cible d’une cyberattaque qui a franchi un pare-feu et infecté un système qui n’était pas lié aux données des employés ni à celles de ses clients. Bien que cette attaque n’ait pas fait de dégâts, l’incident a remis en lumière le problème de la vulnérabilité de des infrastructures et des systèmes technologiques qui, dans le monde entier, forment l’épine dorsale de notre économie, de notre sécurité et de notre santé.

Les infrastructures critiques de nos villes devraient aujourd’hui plus que jamais opérer dans un environnement collaboratif, sécurisé et résilient. Une attaque organisée contre la sécurité d’infrastructures municipales pourrait permettre la prise de contrôle de réseaux d’électricité, de services financiers, de fournisseurs d’énergie, de bases de données médicales et d’autres infrastructures critiques, entraînant des conséquences catastrophiques, tels que des pannes d’électricité ou l’interruption de l’approvisionnement en eau de toute une ville.

L’attaque subie par la régie de transports canadienne Metrolinx n’est qu’un exemple des nombreuses attaques qui ont été perpétrées ces dernières années. Comment protéger notre infrastructure critique contre les cyberattaques? Nicolas Pellerin-Roy, Analyste d’affaires en sécurité du Groupe RHEA, s’est entretenu sur Radio-Canada de la façon dont fonctionnent ces attaques et des moyens de les empêcher.