Posted 8 mars 2021 in Blogue, Espace, Ingénierie, Sécurité.

International Womens Day logo
Le Groupe RHEA compte 600 employés dans 11 pays, dont des femmes à tous les niveaux de l’entreprise et dans l’ensemble de l’organisation. Nicola Mann et Consuelo Colabuono, qui sont à des stades différents de leur carrière, racontent pourquoi elles ont choisi de devenir ingénieures et offrent des conseils à ceux qui envisagent de travailler dans les secteurs de l’espace et de la sécurité.

 

Nicola Mann, Chef des services professionnels d’ingénierie

Diplômée ingénieure en mécanique, Université de Birmingham ; travaille chez RHEA depuis 2006.

RHEA Group Nicola Mann IWD2021

Dans le monde du travail, en tant que femme ingénieure, vous vous distinguez certainement, mais cela m’a ouvert des portes qui m’ont permis de progresser très rapidement dans ma carrière.

L’ingénierie est un domaine tellement vaste et incroyablement diversifié dans les domaines où elle peut vous mener. L’ingénierie peut être très enrichissante ; elle a un impact sur les personnes, les communautés, l’environnement et au-delà ! Elle peut vous emporter dans le voyage de votre vie, en vous ouvrant des portes dont vous ne soupçonniez pas l’existence.

Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir une carrière d’ingénieur ?

Je suis tombée dedans par hasard. Etant donné que je n’avais pas réussi mes examens à 18 ans comme je l’aurais dû, il était nécessaire de repenser mes choix. De nombreux cours d’ingénierie étaient encore disponibles et mon affection pour les mathématiques appliquées à l’école m’a poussée à considérer ce choix. Plus je lisais sur le programme des études d’ingénieur, plus je sentais que c’était la bonne orientation professionnelle pour moi. Malheureusement, l’option d’études en ingénierie n’avait jamais été discutée à l’école ou recommandée comme future carrière.

Je n’ai pas suivi une carrière traditionnelle d’ingénieur, car au début de ma carrière j’ai découvert que mon talent et ma passion étaient davantage axés sur les comportements humains, en particulier sur l’interaction homme-machine, mais au sein de l’industrie de l’ingénierie. Cependant, mon éducation m’a donné un grand avantage et les connaissances nécessaires pour travailler dans différents secteurs de l’ingénierie. Mon travail m’a donné l’occasion de travailler au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Europe, de voyager et de réaliser des projets dans le monde entier, de rencontrer des gens brillants et de tirer des leçons de chaque expérience.

Comment vous sentez-vous en tant que femme dans une industrie dominée par les hommes ?

Je n’ai jamais eu l’impression que cela engendrait un obstacle pour moi. Depuis que j’ai choisi la voie de la physique et des mathématiques, j’ai toujours été en minorité. A la fin de mes études, j’étais même la seule femme à suivre ce cours. Bien sûr, vous recevez des commentaires, une certaine minorité aime vous tester mais en général, j’ai été bien soutenue par mes collègues et mes coéquipiers. Dans le monde du travail en tant qu’ingénieur, vous vous démarquez certainement, en bien ou en mal, mais cela m’a ouvert des portes qui m’ont permis d’évoluer très rapidement dans ma carrière. J’étais cependant très consciente que je ne voulais pas être une statistique, donc j’ai toujours eu le sentiment que je devais travailler plus dur et être meilleure.

Nous pensons instinctivement qu’il doit être difficile d’être une femme dans un environnement d’ingénieur mais si vous y allez avec un esprit positif, je trouve qu’en général les gens sont très compréhensifs. Une partie de ma carrière s’est déroulée sur des sites de production pour l’industrie sidérurgique : j’ai travaillé plus de 80% de mon temps dans la partie traditionnelle notamment l’atelier qui était 99% masculin. J’étais curieuse de voir comment j’allais y être acceptée. Au début, j’ai été accueillie par un sentiment d’amusement mais j’ai vite prouvé mes capacités et mon sens de l’humour et cela a fini par être l’une de mes meilleures expériences !

Depuis que j’ai rejoint RHEA et découvert l’industrie spatiale, j’ai découvert un monde nouveau et fascinant avec des talents incroyables et des gens extraordinaires dont de nombreuses femmes brillantes, ingénieures et scientifiques. J’ai eu la chance de grandir avec la société en étant toujours soutenue et encouragée par les dirigeants du Groupe. Je dirige aujourd’hui la division des services professionnels d’ingénierie qui compte 380 ingénieurs et scientifiques travaillant dans toute l’Europe.

Quels conseils donneriez-vous à une femme qui envisage de faire carrière dans l’ingénierie ?

Ayez confiance en vos capacités ! En général, je pense que les femmes ont tendance à être très dures envers elles-mêmes et à penser à leurs faiblesses plutôt qu’à leurs forces. Utilisez votre intelligence et votre sens émotionnel pour naviguer dans les situations et trouver un parrain qui vous soutienne dans l’organisation. Je me suis toujours tournée vers les femmes cadres supérieurs pour apprendre, mais j’ai aussi bénéficié du fait d’avoir plusieurs patrons très forts qui m’ont encouragée et promue dans ma carrière.

L’ingénierie est un domaine tellement vaste et incroyablement diversifié dans les domaines où elle peut vous mener. L’ingénierie peut être très enrichissante ; elle a un impact sur les gens, les communautés, l’environnement et au-delà ! Elle peut vous emporter dans le voyage de votre vie, en vous ouvrant des portes dont vous ne soupçonniez pas l’existence, comme ce fut le cas pour moi. J’ai non seulement mangé des haricots et du riz assis dans la cantine d’une usine à Sao Paulo en parlant de la culture de la sécurité, mais également pu conduire des véhicules d’essai (Mustangs) à Detroit, serrer la main d’un astronaute et parler de la mystérieuse odeur de l’ISS. Je n’aurais jamais pu imaginer de telles expériences lorsque j’ai décidé de faire du génie mécanique à l’âge de 18 ans.

Mon principal conseil serait de croire en vous-même, de suivre ce que vous voulez et d’apprendre de vos expériences. L’ingénierie est une carrière étonnante ; elle est possible avec une famille et est très enrichissante.

Consuelo Colabuono, Analyste de la cybersécurité et de la vie privée

Diplômée en informatique avec maîtrise en réseau et sécurité, Université de Rome La Sapienza ; travaille chez RHEA depuis 2018

RHEA Group Consuelo Colabuono IWD2021

Je pense que les femmes peuvent tirer parti de leur intelligence émotionnelle qui est en général plus développée, et de leur sensibilité, pour trouver des idées et des solutions vraiment prêtes à l’emploi. Et puis, en tant que managers il sera important de mêler cette intelligence émotionnelle ainsi que des compétences relationnelles aux connaissances techniques. En combinant ces qualités avec la curiosité et la créativité, je suis sûre que les femmes peuvent accomplir beaucoup de choses.

Pourquoi avez-vous choisi une carrière dans la sécurité ?

Au lycée, je me concentrais sur l’étude des langues mais mon professeur m’a suggéré de suivre plutôt des cours qui exploitaient mes capacités d’analyse. Ils m’ont encouragé à être plus confiante et ouverte d’esprit pour essayer quelque chose de différent.

Puis, en poursuivant mes études, je cherchais une carrière qui alliait logique, créativité tout en ayant un impact sur la vie quotidienne. Un cours de dernière année m’a amenée à être fascinée par la cybersécurité et le risque, deux choses universelles dans tous les secteurs d’activité.

A-t-il été difficile d’être une femme dans une industrie dominée par les hommes ?

Je n’ai pas vécu le fait d’être une femme comme un problème – c’était plutôt mon âge. J’ai perçu que les gens doutaient de mes capacités parce que j’étais jeune. Cependant, chez RHEA, c’était différent car ils voyaient cela comme un potentiel de croissance.

Lorsque j’ai débuté dans l’entreprise, mon estime de soi était assez faible. Mes collègues et mon manager m’ont soutenue, ce qui m’a donné plus de confiance et m’a permis de m’exprimer plus facilement. Du coup, ça m’encourage à donner le meilleur de moi-même au travail.

Quels conseils donneriez-vous à une femme qui envisage une carrière dans la sécurité ?

En général, si vous n’aimez pas ce que vous étudiez ou si vous avez trop de difficultés, envisagez de changer d’orientation. Mais si vous terminez vos études, choisissez ce qui vous passionne le plus et non ce qui est en vogue à ce moment-là.

J’ai l’impression qu’il est moins problématique d’être une femme dans une organisation multiculturelle opérant dans un contexte européen comme mon entreprise. Il est donc impératif de chercher une entreprise qui vous permettra de vous épanouir.

Il y aura toujours plus d’hommes que de femmes dans ces secteurs pour diverses raisons. Mais je pense que les femmes peuvent tirer parti de leur intelligence émotionnelle qui est généralement plus développée, et de leur sensibilité, pour trouver des idées et des solutions vraiment originales. Ensuite, en tant que managers, il sera important de mêler cette intelligence émotionnelle ainsi que des compétences relationnelles aux connaissances techniques requises pour la fonction.

En combinant ces qualités avec la curiosité et la créativité, je suis sûre que les femmes peuvent accomplir beaucoup de choses. Et si davantage d’entreprises adoptent des pratiques de travail intelligentes et flexibles après la pandémie, je pense que les femmes auront plus de possibilités et que tout le monde en bénéficiera.