L’Intelligence Artificielle dans la phase initiale de conception des missions spatiales

Le laboratoire d’ingénierie informatique intelligente de l’Université de Strathclyde est en train de développer un assistant en ingénierie destiné aux premiers stades de conception des missions spatiales. Le projet utilise les dernières avancées en matière de traitement en langage naturel, d’apprentissage machine, de gestion des connaissances et d’interaction homme-machine

Après avoir connu un essor dans les entreprises commerciales ces cinq dernières années, l’Intelligence Artificielle (IA) pourrait aujourd’hui modifier la conception des missions spatiales. Une nouvelle étude du laboratoire d’ingénierie informatique intelligente de l’Université de Strathclyde utilise les techniques d’intelligence artificielle pour mettre au point un assistant en ingénierie destiné aux premiers stades de la conception des missions spatiales.

Toute mission spatiale commence traditionnellement par une étude de faisabilité, au cours de laquelle les experts envisagent diverses options de conception et discutent de certains des aspects qui auront un impact sur le reste de la mission. Pour prendre ces premières décisions de conception, les ingénieurs doivent traiter d’énormes quantités d’informations issues de différentes sources en un laps de temps très court, tâche qui s’avère souvent impossible.

L’assistant en ingénierie vise à structurer une vaste quantité de données, à répondre à des interrogations concernant les décisions de conception antérieures et à offrir de nouvelles options de conception à explorer.

Pour ce faire, l’étude recourt aux technologies les plus récentes en matière de traitement automatique du langage naturel, d’apprentissage machine, de gestion des connaissances et d’interaction homme-machine afin de structurer les données et de les stocker dans un graphique de connaissances qu’un moteur d’inférence peut parcourir pour produire un raisonnement et des déductions.

Des informations sont ensuite extraites du graphique de connaissances par l'entremise d’un moteur d’interrogation intelligent afin de fournir aux experts des synthèses de connaissances fiables et pertinentes. L’interaction homme-machine sera renforcée par une boucle de rétroaction de l’homme vers la machine permettant aux experts de contribuer au processus d’apprentissage de l’assistant en ingénierie.

L’étude est menée depuis janvier 2018 par deux doctorants, Audrey Berquand et Francesco Murdaca, au laboratoire ICE (Intelligent Computational Engineering) de l’Université de Strathclyde, sous la supervision du Dr Annalisa Riccardi. Le projet est réalisé en collaboration avec l’Agence spatiale européenne (ESA), Airbus, le Groupe RHEA et Citysearch.

Les premiers résultats de ce projet seront présentés au salon SECESA 2018 qui se tiendra du 26 au 28 septembre prochains à Glasgow (Royaume-Uni).

OPENSPACE 25: Security for Space

Comment donc assurer la sécurité et la protection des biens spatiaux?

Des experts de l’espace et de la sécurité ont partagé avec le magazine OPENSPACE les aspects principaux à prendre en considération afin d’élaborer un cadre robuste pour la protection des biens spatiaux.