Ariel : Mission d’étude des exoplanètes de l’ESA

L’Agence spatiale européenne (ESA) s’apprête à lancer une mission visant à découvrir comment les planètes se forment et comment la vie émerge dans l’espace. La mission Ariel (Atmospheric Remote-sensing Infrared Exoplanet Large-survey), qui étudiera l’atmosphère d’exoplanètes, devrait être lancée en 2028.

Bien que des milliers d’exoplanètes de masse, de taille et d’orbite différentes aient déjà été découvertes, seules quelques-une pourraient être potentiellement habitables. La mission Ariel étudiera l’atmosphère de centaines de planètes tournant autour de différents types d’étoiles. Les observations de ces mondes permettront de mieux comprendre les premiers stades de la formation des planètes et de leur atmosphère, ainsi que leur évolution, et pourraient aider à dresser le contexte de notre système solaire.

En particulier, la mission se concentrera sur un échantillon de 1 000 exoplanètes chaudes et très chaudes, allant de superterres à des géantes gazeuses en orbite proche de leurs étoiles parentes. Les températures élevées maintiennent différentes espèces moléculaires en circulation dans l’atmosphère, les empêchant de couler ou de former des couches nuageuses, où elles pourraient être à l’abri de la détection à distance. Ariel pourra ainsi recueillir de meilleures informations sur la composition interne de la planète et sur l’historique de la formation du système planétaire.

En plus de détecter des signes d’ingrédients bien connus, tels que la vapeur d ’eau, le dioxyde de carbone et le méthane, Ariel pourra aussi mesurer des composés métalliques plus exotiques, en tenant compte de l’environnement chimique de l’étoile hôte.

Le télescope spatial d’Ariel opérera dans la lumière visible et dans l’infrarouge. Ariel sera lancé sur la nouvelle fusée Ariane 6 de l’ESA à la mi-2028. Il travaillera à partir d’une orbite autour du second point de Lagrange, L2, à 1,5 million de kilomètres directement « derrière » la Terre vue du Soleil, pour une mission initiale de quatre ans.

Suite à son adoption par le Comité du Programme Scientifique de l’ESA, la mission va maintenant être soumise à une autre série d’études de mission détaillées afin de définir la conception du satellite.

The future of space exploration

The future of humanity relies on space exploration. Conquering the next barrier not only is full of expectations for the advancement of science, but also is also highly regarded as a journey that will bring humankind together. But where will we go (and where we will not) by 2030? For the 24 edition of OPENSPACE, we met the experts who can answer the question, “What does the future of space exploration really hold?”