Posted 18 mai 2021 in Blogue, Conception Concourante, Sécurité.

Arne Matthyssen, Chief Solutions and Innovation Officer, RHEA Group

Le 29 avril 2021, le Parlement européen a approuvé le Fonds européen de défense (FED) pour la période 2021-2027, avec un budget de 7,9 milliards d’euros. Le FED est le programme phare de la Commission européenne pour le soutien des capacités de défense en Europe par le biais d’une approche collaborative transfrontalière.

Arne Mattyssen, directeur des solutions et de l’innovation du Groupe RHEA, présente les prochaines étapes pour le FED et la façon dont les méthodologies telles que l’ingénierie simultanée de RHEA peuvent bénéficier aux projets collaboratifs du Fonds, promouvoir la sécurité intégrée et permettre aux gouvernements et aux agences d’acheter plus intelligemment.

Où en est actuellement le FED?

Le Fonds européen de défense n’est pas nouveau; il a été mis sur pied par la CE en juin 2017. Toutefois, l’octroi de 7,9 milliards d’euros par le Parlement européen pour amener le FED au stade suivant a été un sceau vital d’approbation de cet instrument stratégique paneuropéen.

En réalité, les gouvernements européens et les agences de défense ont déjà effectué des évaluations et planifié leurs besoins futurs avec l’appui des entreprises et d’autres organisations – une étape qui se poursuivra jusqu’au milieu de cette année (juin/juillet). Beaucoup ont également travaillé sur des projets pilotes de recherche et développement en matière de défense sous les auspices de l’action préparatoire pour la recherche en matière de défense (Preparatory Action on Defence Research, ou PADR) et du Programme européen de développement industriel dans le domaine de la défense (PEDID), deux volets du programme antérieur du FED.

Comment le financement du FED fonctionnera-t-il?

Durant la période 2021-2027, le Fonds financera directement les coûts totaux des projets de recherche approuvés liés à la défense. Il cofinancera également jusqu’à 20 % du coût de développement des prototypes (le reste étant financé par les États membres) et jusqu’à 80 % des activités de certification et d’essai.

Il existe un certain nombre de mises en garde importantes concernant le financement; par exemple, le FED ne cofinancera le développement que lorsque les États membres ont l’intention d’acheter le produit final et qu’il y a au moins trois participants provenant d’au moins trois États membres (ou de pays associés). Environ 4 % à 8 % du budget soutiendront des technologies novatrices perturbatrices pour la défense.

Quels sont les bienfaits d’une telle collaboration en matière de capacités de défense?

Les avantages de réduire la fragmentation de la défense aux quatre coins de l’Europe sont mis en évidence de manière frappante dans un document de la Commission européenne comparant la situation en Europe à celle des États-Unis. En Europe, nous avons 178 types de systèmes d’armes en service par rapport à 30 aux États-Unis; 17 chars d’assaut principaux par rapport à 1; 29 types de contre-torpilleurs/frégates par rapport à 4; et 20 types d’avions de combat par rapport à 6.[i]

Un certain niveau de collaboration entre les pays est de toute évidence souhaitable, surtout à mesure que s’accroît sans cesse la sophistication des systèmes. Cette approche collaborative soutiendra également l’innovation au sein de la base industrielle européenne de défense et la rendra plus concurrentielle.

Vue d’artiste de la frégate anti-sous-marine (ASM). Droits d’auteur : ministère de la Défense néerlandais
Vue d’artiste de la frégate anti-sous-marine (ASM). Droits d’auteur : ministère de la Défense néerlandais

Nous voyons déjà des exemples des bienfaits de la collaboration en Europe dans les pays du Benelux, par exemple, où la Belgique adoptera la même conception de la nouvelle frégate mise au point par le ministère néerlandais de la Défense. De nombreux aspects de la conception et de la mise au point des nouvelles frégates de guerre anti-sous-marine sont couverts par un programme de 3 ans dans le cadre duquel RHEA collabore avec l’Organisation du matériel de défense (Defence Material Organisation, ou DMO) du ministère néerlandais de la Défense, offrant son expertise en conception simultanée. (Pour en savoir plus, consultez notre étude de cas et entrevue avec le directeur des projets pour la DMO.)

La participation de toutes les parties prenantes dès le début est extrêmement importante pour les projets complexes réunissant des équipes multidisciplinaires, ce qui est le cas pour de nombreux projets de défense. L’organisation néerlandaise affirme ouvertement que l’utilisation de l’ingénierie simultanée a non seulement amélioré les processus directement liés à la conception de la nouvelle frégate, réduisant de moitié le temps nécessaire pour le projet, mais a également assuré un processus de sécurité intégré. L’équipe admet également que cette approche a fait de la DMO un acheteur « plus futé » en soutenant d’autres aspects dès le début, comme l’examen des programmes des besoins.

Quelle autre expertise entre en ligne de compte dans les projets de défense?

Un autre domaine où la collaboration portera ses fruits pour les projets de défense est le partage d’expertise dans l’espace. Presque tous les pays ont maintenant une feuille de route pour la défense qui inclut des capacités spatiales. Étant donné que la sécurité est une priorité absolue pour la défense, il sera essentiel de pouvoir faire appel à l’expérience et à l’expertise dans l’espace et la sécurité.

Lotus Logo HD

Nous appliquons actuellement notre savoir-faire en ingénierie des systèmes spatiaux et notre expertise en conception simultanée et en sécurité au programme LOTUS (Low Observable Tactical Unmanned Air System), financé par le PEDID, qui développe, produit les prototypes et teste la nouvelle génération de systèmes d’aéronefs télépilotés tactiques. Pour LOTUS, nous menons toutes les activités liées à la cybersécurité, y compris l’utilisation de notre plateforme SACDP (Security Aware concurrent Design Platform), tandis que le travail d’ingénierie simultanée utilise COMET™, notre plateforme de conception simultanée propulsée par CDP4®.

LOTUS est financé par le ministère grec de la Défense; nous recevons, dans le cadre de notre rôle, l’appui du ministère néerlandais de la Défense, avec la participation de Chypre à titre de troisième État membre.

Qu’est-ce qui est important pour les futurs programmes internationaux de développement des capacités de défense?

À mesure que les projets deviennent plus complexes, la collaboration industrielle et internationale sera vitale, tout comme dans le secteur spatial. Les pays devront travailler les uns avec les autres et avec des entreprises flexibles, riches d’un savoir-faire diversifié, et avoir recours à des pratiques de travail établies et éprouvées, comme la conception simultanée, pour mener à bien leurs projets de manière efficace, intégrant dès le départ les besoins en matière de sécurité et les exigences de chacune des parties prenantes.

L’industrie se doit d’être un concepteur et un développeur plus futé tandis que les agences d’approvisionnement deviennent des acheteurs avisés!

[i] Commission européenne; The European Defence Fund factsheet; avril 2021