Posted 26 janvier 2021 in Blog, Conception simultanée.

Commodore Dick KreiterIl est aussi complexe de concevoir des navires militaires que des engins spatiaux. Conséquemment, le Groupe RHEA collabore depuis 2019 avec le ministère néerlandais de la Défense dans le but d’appliquer à des projets majeurs, parmi lesquels le cahier des charges des nouveaux navires militaires, la méthodologie d’ingénierie simultanée utilisée par l’Agence spatiale européenne (ESA). Le commodore Dick Kreiter, directeur des projets pour l’Organisation néerlandaise du matériel de défense (Netherlands Defence Materiel Organisation, ou DMO), nous explique ce qu’il en est.

L’Organisation néerlandaise du matériel de défense est responsable de l’approvisionnement et de l’entretien relatifs à tous les produits – des vêtements aux navires, en passant par les aéronefs – utilisés par le personnel militaire du pays. Plusieurs de ses projets, fort complexes, peuvent s’échelonner sur de nombreuses années.

Pourquoi avez-vous considéré l’ingénierie simultanée pour l’Organisation néerlandaise du matériel de défense?

« Nous nous sommes familiarisés avec la méthodologie de l’ingénierie simultanée en observant l’ESA et un chantier naval où on y avait recours. Nous fournissons, parmi d’autres choses, des navires pour la Marine. Lorsque nous avons vu que l’ingénierie simultanée était aussi utilisée pour appuyer la construction navale, nous avons réalisé que nous pourrions également nous en servir dans le même but.

« Par pure coïncidence, nous cherchions à renouveler notre frégate M au moment où nous avons commencé à travailler avec RHEA pour étudier le recours à l’ingénierie simultanée. Ce programme, le Anti Submarine Warfare Frigate Project (ASW-Frigate), représentait l’un des problèmes les plus complexes auxquels nous devions faire face; il s’agissait donc là, pour nous, d’une occasion idéale de mettre à l’essai cette méthodologie. En un an, nous avons réglé tous nos problèmes. Nous cherchons maintenant à utiliser l’ingénierie simultanée dans le cadre d’autres projets. »

Qu’ont en commun la défense et l’espace?

« L’une des difficultés des projets et programmes spatiaux est qu’ils sont habituellement très complexes d’un point de vue technique et organisationnel. C’est aussi vrai pour nous : nous mettons constamment en œuvre de nombreux programmes et projets d’une grande complexité.

« Il n’y a pas beaucoup de différence entre la conception de satellites et leur envoi dans l’espace, et l’envoi de navires en mer. Dans les deux cas, il s’agit d’opérations complexes réalisées à l’aide d’engins sur mesure. Aucune n’est jamais typique, puisqu’il y a toujours de nouvelles exigences et options à considérer. »

Que vous a apporté l’ingénierie simultanée que vous n’aviez pas auparavant?

« Ce que RHEA nous a apporté de plus important, c’est une autre manière de penser, une vision différente de la conception et une nouvelle façon de solutionner des problèmes complexes.

« Cette méthodologie nous aide à discuter de questions épineuses de façon structurée et simultanée plutôt que de la manière séquentielle et beaucoup plus lente que nous utilisions auparavant. Nous y avons désormais recours à l’étape préliminaire d’un projet, alors que nous étudions toujours une question et affinons les clauses que nous voulons inclure dans un contrat. »

Quels avantages avez-vous tirés de l’utilisation de l’ingénierie simultanée?

« Il y en a eu plusieurs! Par exemple, nous avons pour ainsi dire réduit de moitié le temps qui, autrement, aurait été requis pour ce projet. Le personnel affecté à ce dernier économise du temps que nous pouvons utiliser à d’autres fins, ce qui nous permet, ultimement, d’économiser également de l’argent.

« Cependant, l’aspect sans doute le plus important concerne le changement culturel d’approche et de comportement qu’apporte le fait d’avoir une personne qui sollicite continuellement la performance et l’engagement du groupe. Je crois qu’il s’agit là de l’élément le plus efficace de la méthodologie d’ingénierie simultanée. »

Quel conseil donneriez-vous à une personne souhaitant mettre en œuvre l’ingénierie simultanée?

« Pour mettre en œuvre l’ingénierie simultanée, il vous faut un leadership fort. Vous devez persuader les gens en les amenant voir comment cela se déroule dans d’autres organisations. Et vous devez y amener non seulement les gestionnaires du projet, mais aussi votre propre équipe de direction. Les gens n’aiment pas le changement et seront sceptiques. Cependant, une fois que vous les aurez convaincus et qu’ils auront commencé à l’utiliser, ils adopteront non seulement la méthodologie, mais entreprendront également de lui trouver d’autres usages. »

Photo profile et image principale : © Dutch Ministry of Defence