Posted 18 février 2021 in Espace, Nouvelles, Sécurité.
  • Le Groupe RHEA a signé un contrat avec l’Agence spatiale européenne (ESA) qui l’amènera à soutenir le Programme de sécurité spatiale de cette dernière depuis son Centre européen d’opérations spatiales (ESOC).
  • RHEA est à la tête d’un consortium qui fournira des services scientifiques et techniques pour les trois volets du programme, soit la météorologie de l’espace, les débris spatiaux et les objets géocroiseurs naturels.

Le Groupe RHEA dirige le consortium ayant décroché un contrat de 3 ans octroyé par l’ESA et visant à soutenir le Programme de sécurité spatiale de l’Agence depuis l’ESOC, situé à Darmstadt, en Allemagne. Ce programme a pour but de garantir l’autonomie de l’Europe en matière d’accès à l’espace et son utilisation dans un environnement sûr. L’objectif premier de ce programme est de répondre aux menaces pour notre planète, les humains et nos ressources (spatiales et terriennes) représentées par les dangers en provenance de l’espace, particulièrement par les astéroïdes, les débris spatiaux et les événements de météorologie spatiale causés par l’activité solaire.

Le Programme de sécurité spatiale de l’ESA est un élément de son « pilier » programmatique de sécurité spatiale, lui-même l’un des quatre secteurs d’activité thématiques du Programme Space 19+ de l’Agence. Le Programme de sécurité spatiale, lancé en 2020, vient perfectionner le Programme de connaissance de la situation spatiale, mis sur pied en 2009. Il vise à renforcer les capacités de prévention des dangers spatiaux de l’ESA, à consolider ses activités d’exploitation durable de vols spatiaux habités et non habités et à accroître sa protection face aux menaces spatiales.

Les objectifs du Programme de sécurité spatiale couvrent trois volets :

  • la surveillance, la prévision immédiate et la prévision à plus long terme de la météorologie de l’espace et de divers types de phénomènes connexes;
  • les débris spatiaux et un « espace propre » au moyen de stratégies antidébris et d’un enlèvement actif;
  • la défense planétaire par l’entremise d’une protection contre les objets géocroiseurs naturels tels que les astéroïdes et les comètes.

Une équipe de 15 scientifiques et ingénieurs membres du consortium mené par RHEA fourniront pour ces trois volets un soutien technique expert qui couvrira l’étude des phénomènes ainsi que le développement et l’exploitation des systèmes de TI inhérents à la collecte, au traitement et à la diffusion des données et des produits. Ils verront également à assurer le suivi des activités de développement industriel et la réalisation des tests de vérification et d’acceptation des livrables.

Aldo Barbieri, gestionnaire des opérations pour RHEA en Allemagne, affirme : « Nous sommes ravis d’être à la tête du consortium ayant remporté ce contrat. Le Groupe RHEA participe aux programmes de sécurité spatiale de l’ESA depuis plus de 10 ans. Nous sommes fiers de fournir les services d’une équipe d’experts dans le cadre de cet important programme de l’Agence. »

Il ajoute : « Il est facile, lorsque nous pensons à notre sécurité dans ou depuis l’espace, de nous attarder aux menaces en provenance de la Terre et d’ignorer celles représentées par les dangers spatiaux tels que les tempêtes solaires, qui peuvent causer des dommages importants aux réseaux électriques et à d’autres infrastructures. Le travail que l’ESA a déjà accompli par l’entremise du Programme de connaissance de la situation spatiale et continue d’accomplir dans le cadre du Programme de sécurité spatiale est essentiel si nous souhaitons maximiser nos chances de prévoir et d’affronter ces dangers. Il ne s’agit pas simplement de nous protéger sur Terre. Nous dépendons désormais grandement des données et services fournis par les satellites, et l’humanité nourrit de grandes ambitions spatiales. Ces deux éléments sont menacés par les débris créés par les humains et par les dangers présents en permanence dans l’espace. »

Personne-ressource pour les médias : i.roels@rheagroup.com