Posted 13 juillet 2021 in Blog, Espace.

RHEA Talk : Croissance de l’industrie spatiale commerciale

Le 1er juillet 2021 s’est tenu notre quatrième webinaire RHEA Talk, animé par John Bone, Directeur commercial de RHEA, au cours duquel quatre experts ont discuté des évolutions de l’industrie spatiale commerciale et de ses potentiels de croissance :

  • Pascal Rogiest, Directeur général pour les institutions européennes, Groupe RHEA
  • Andy Shaw, Directeur d’Assimila
  • Eduardo Cruz, Directeur national pour le Luxembourg, GOMSpace
  • Mark Roberts, Directeur défense et sécurité, Groupe RHEA

Leader du marché des services et des solutions pour l’industrie spatiale, RHEA travaille auprès d’agences nationales et internationales, ainsi que d’entreprises commerciales du secteur. À l’échelle mondiale, le secteur spatial évolue à un rythme inédit. Les opérateurs privés, les entrepreneurs et de nombreuses PME créent chaque jour de nouvelles technologies et solutions qui modifient les dynamiques du secteur. Quelles sont donc les perspectives de l’industrie spatiale commerciale et dans quels domaines les efforts doivent-ils se concentrer ?

Découvrez dans ce document une synthèse des réponses offertes par nos experts lors du dernier RHEA Talk, notamment aux questions suivantes :

  • Quels sont les changements qui touchent l’industrie spatiale commerciale aujourd’hui ?
  • De quelle manière le marché va-t-il évoluer autour du concept d’« espace en tant que service » ?
  • Quel est le futur de cette industrie commerciale en dehors du domaine de l’observation de la Terre ?
  • Quels sont les domaines exigeant davantage d’investissements ?

Regardez la vidéo complète du webinaire pour en savoir plus.


Quels sont les changements qui touchent l’industrie spatiale commerciale aujourd’hui ? Et quelles sont les opportunités futures qui s’y rattachent ?

Pascal : Jusqu’il y a dix ans, l’industrie spatiale était dominée par quelques acteurs majeurs, seuls capables d’engager les investissements colossaux nécessaires. Toutefois, les activités spatiales ont aujourd’hui un impact sur la vie quotidienne, incitant davantage d’investisseurs à s’engager et facilitant l’accès aux financements pour les acteurs de moindre envergure, y compris les start-ups. Ce phénomène touche l’ensemble de la chaîne de valeur spatiale, du lancement des satellites aux services en aval. Grâce à lui, l’industrie spatiale est désormais plus ouverte, ce qui est une bonne nouvelle pour les utilisateurs finaux puisque cette ouverture est synonyme de concurrence redynamisée. Cette évolution crée également des opportunités pour des entreprises qui n’auraient pas pu exister auparavant, et c’est une excellente chose.

Nous devons saisir cette occasion unique et veiller à ce que, au niveau européen, elle profite autant à la société en général qu’aux entreprises.

Andy : Les choses bougent ! Pas un jour ne passe sans l’annonce du lancement d’une nouvelle constellation ou sans un nouvel investissement obtenu par une entreprise en amont ou en aval.

Les jeux de données aujourd’hui disponibles publiquement réduisent la barrière à l’entrée en termes d’accès aux données. À cet égard, Copernicus a été l’une des avancées les plus révolutionnaires pour le secteur en aval, offrant une nouvelle dynamique exceptionnelle en fournissant des données ouvertes, gratuites et complètes pouvant être utilisées dans de nombreuses applications. Cependant, les données d’observation de la Terre (OT) disponibles restent limitées, renforçant l’intérêt pour les constellations de petits satellites capables de fournir des données complémentaires. Ces avancées, alliées au traitement des données embarquées et à l’utilisation de l’intelligence artificielle pour télécharger uniquement les données requises, offrent d’enthousiasmantes perspectives.

Eduardo : Beaucoup de choses se sont passées au cours de ces dix dernières années, tout particulièrement en ce qui concerne l’utilisation des CubeSats, avec une réduction non seulement du niveau de prix mais également d’autres barrières, notamment une baisse des coûts de lancement, la possibilité de tirer parti de la capacité non utilisée lors des lancements de plus gros satellites, ainsi que la miniaturisation des technologies. Tout cela a permis à de nouvelles entreprises d’accéder au marché.

Par le passé, les CubeSats servaient principalement de démonstration technologique spatiale. Aujourd’hui, cependant, on observe davantage d’applications commerciales. Leur orbite basse, par exemple, réduit la latence dans les communications et la puissance par kilogramme accrue permet de créer des constellations à base de satellites plus petits.

RHEA Group Mark RobertsL’espace devient progressivement plus accessible et offrira à l’avenir davantage d’alternatives pour les clients. Cependant, au Royaume-Uni, de même que dans d’autres pays, nous devons être extrêmement agiles en termes de réglementation, afin que celle-ci favorise la compétitivité de l’industrie commerciale.

Mark Roberts, Directeur défense et sécurité, Groupe RHEA

De quelle manière le marché va-t-il évoluer autour du concept d’« espace en tant que service » ?

Pascal : En tant que particuliers, nous ne nous intéressons pas aux technologies qui nous permettent de bénéficier d’un service terrestre ; seule compte la bonne réception des informations. Aujourd’hui, pour le segment en amont également, les personnes qui investissent dans l’industrie spatiale recherchent aussi cette approche fondée sur le service. Auparavant, d’importants investissements en capitaux étaient nécessaires. Désormais, tout le monde souhaite accéder à l’espace en tant que service ou acheter un satellite en tant que service, sans avoir à se soucier de la façon dont cela fonctionne. Cette approche inédite crée des opportunités pour de nouvelles initiatives.

Andy : En termes de financement, la majorité des investisseurs recherchent la rentabilisation ; cependant, certains sont disposés à s’engager davantage sur le long terme pour un retour sur investissement différent, par exemple sous la forme d’un impact climatique réduit, dans un monde de plus en plus préoccupé par les considérations environnementales. Nous observerons ainsi d’intéressants modèles d’investissement publics et privés, présentant un risque plus élevé. Je pense également que le fait de proposer certains éléments, tels que le segment sol, « en tant que service » est un excellent modèle qui permet de partager les responsabilités et les risques avec le fournisseur de services.

Eduardo : Nos clients recherchent à la fois la fiabilité des données et des niveaux de prix compétitifs, afin que le coût total de possession des données soit basé sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Le modèle « en tant que service » aide à offrir au client davantage de garanties sur ce pour quoi il paie, proposant une nouvelle perspective sur l’espace en tant que moteur d’une industrie.

Pascal Rogiest, Chief European Institutions Officer and Managing Director of RHEA System Luxembourg S.A.L’espace en tant que service crée une faiblesse en termes de sécurité. Plus le segment spatial adopte une orientation commerciale et génère visiblement de l’argent, plus il attire les cyberattaques et devient vulnérable. L’Agence spatiale européenne, consciente de cet état de fait, est devenue un acteur central en matière de cybersécurité. Nous devons toutefois être collectivement vigilants et collaborer pour prendre en charge ce risque.

Pascal Rogiest, Directeur général pour les institutions européennes, Groupe RHEA

Comment imaginez-vous le futur de cette industrie commerciale en dehors du domaine de l’observation de la Terre ?

Pascal : L’exploration spatiale était par le passé principalement assurée par les gouvernements, avec une grande part d’investissement national. Aujourd’hui, de nombreux acteurs commerciaux sont entrés en scène.

Le Luxembourg a anticipé cette tendance il y a cinq ans déjà avec la création d’un programme national pour les ressources spatiales, destiné à stimuler l’exploration et l’exploitation, ainsi qu’à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour favoriser l’entrée des acteurs commerciaux sur ce marché. Ce programme a offert au Luxembourg une position à l’avant-plan du paysage spatial européen. Le Luxembourg s’est également engagé dans d’autres domaines pertinents pour l’industrie spatiale future, notamment la veille situationnelle spatiale et la gestion d’un espace propre, une problématique qui deviendra critique à l’avenir.

Andy Shaw from AssimilaLe changement climatique aura pour conséquence le développement de nouveaux marchés, pour lesquels les données d’OT seront essentielles à une prise de décision informée sur le long terme. Dans ce contexte, le financement spatial ne sera pas uniquement commercial mais mixte, étant donné que les problématiques de résilience et d’adaptation au changement climatique dépendent aussi bien d’une responsabilité publique que privée.

Andy Shaw, Directeur d’Assimila

Existe-t-il des domaines spécifiques qui, selon vous, nécessiteraient davantage d’investissements ?

Andy : Le futur secteur de la production d’énergie décentralisée pourrait bénéficier de diverses solutions, pas uniquement l’observation de la terre, mais également le positionnement et les communications par satellite, la navigation et la synchronisation. Je suis impatient de pouvoir soutenir cette transition vers une économie à énergie zéro.

Mark : Nous avons aujourd’hui la formidable occasion de commencer à collaborer à l’échelle de la chaîne de valeur spatiale, en abandonnant l’approche transactionnelle qui était auparavant la règle.

Pascal : Un autre domaine important est la gestion du spectre, en tant que ressource limitée. Nous devons favoriser la collaboration et promouvoir un usage avisé du spectre entre les solutions terrestres et spatiales, de manière à permettre un usage efficace.

Eduardo Cruz GOMSpaceLorsque vous gérez de nombreux satellites pour de nombreux clients, vous faites appel à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage machine, car ces modèles exigent des données à grande échelle. Nous ne cherchons pas uniquement à proposer des solutions de bout en bout aux clients, mais également à optimiser les technologies et l’ensemble de la chaîne de valeur spatiale.

Eduardo Cruz, Directeur national pour le Luxembourg, GOMSpace

 


En savoir plus

Informez-vous sur les services et solutions de l’industrie spatiale, notamment sur l’expertise en infrastructure spatiale et applications satellitaires.

Abonnez-vous pour recevoir des informations sur les futurs webinaires RHEA Talk et notre Bulletin de cybersécurité.