Posted 8 janvier 2018 in Espace, Nouvelles, Observation de la Terre.

Après l’expérience réussie des missions gravimétriques GRACE et GOCE, l’Agence spatiale européenne (ESA) est en train de préparer la conception d’une mission de nouvelle génération (Next Generation Gravity Mission, NGGM) visant à mesurer les variations temporelles du champ gravitationnel de la Terre sur 11 ans avec une résolution spatiale et temporelle jamais atteinte.

La mission NGGM fera progresser de nombreuses disciplines scientifiques basées sur l’étude des phénomènes géophysiques impliquant la redistribution et le transport de masse (notamment la géodésie, l’hydrologie, la circulation océanique) dans le système terrestre complexe. En effet, le transport massique dans le système terrestre a lieu dans plusieurs couches au-dessus, à la surface et en dessous de la surface de la Terre (impliquant l’atmosphère, l’hydrosphère, la cryosphère et la terre ferme). L’objectif est d’observer les processus de transport massique se produisant dans et entre ces couches.

Luca Masotti, Spacecraft Design Engineer du Groupe RHEA travaillant à l’European Research and Technology Center (ESTEC), est responsable de la préparation de la mission, des itérations avec la communauté scientifique, de la consolidation des exigences du système, de la conception du système et des développements technologiques nécessaires pour la mission.

« NGGM est le seul moyen direct de mesurer la masse globalement ainsi que le transport massique dans le système terrestre, par exemple en complément de l’altimétrie SAR/Radar interférométrique pour la surveillance de la glace », a déclaré Luca Masotti.

La mission, qui exploitera les résultats de la mission GOCE (Ocean Circulation Explorer), comblera en urgence le fossé après la mission GRACE-FO, qui devrait être lancée en mars 2018 avec une durée de vie nominale de 5 ans. Alors que GOCE visait à fournir une carte statique à haute résolution de la gravité terrestre, l’objectif de la mission gravimétrique de la nouvelle génération est une surveillance à long terme du champ gravitationnel variable dans le temps avec une haute résolution spatiale et fréquence.

 

« NGGM est le seul moyen direct de mesurer la masse globalement ainsi que le transport massique dans le système terrestre, par exemple en complément de l’altimétrie SAR/Radar interférométrique pour la surveillance de la glace »
Luca Massotti
Spacecraft Design Engineer du Groupe RHEA.

Cette nouvelle mission implique de nouvelles techniques et de nouveaux instruments de mesure, un nouveau scénario de mission et des principes de conception différents des engins spatiaux. Néanmoins, malgré les différences, les enseignements de la mission GOCE servent de base à la création de la nouvelle mission.

« NGGM réutilisera l’expérience acquise et la technologie employée dans GOCE (comme les accéléromètres et la propulsion électrique) pour la mesure fine du champ gravitationnel variable, poursuivant les observations des missions GRACE avec une résolution spatiale et fréquence accrue », a ajouté Luca Masotti.

Luca Masotti présentera les défis liés à la conception de la mission lors du Forum SciTech 2018 qui aura lieu du 8 au 12 janvier aux États-Unis.